Zones de rusticité

Les zones de rusticité

Comme vous avez pu le remarquer, sur chaque fiche de présentation des plantes de notre catalogue, nous précisons la zone de rusticité. (exemple : rusticité : zone 7).

Les plantes, nous ne le répéterons jamais assez, sont des êtres vivants à part entière. Elles subissent les aléas de leur environnement : pluie, vent, gel, ensoleillement …

Dans tous les cas, les indications quant à la rusticité des plantes ne sont pas à prendre à la lettre tant la précision dans ce domaine est impossible. Ces zones ont été initialement créées par le département de l’Agriculture des États-Unis (USDA), et ont ensuite été adoptées dans de nombreux autres pays.

Elles sont établies par la moyenne des températures minimales des 20 dernières années. Elles sont à considérer comme des indicateurs de « température minimale probable » que votre région subira cet hiver.

Avantages et inconvénients de cette méthode

Les zones de rusticité sont efficaces dans de nombreuses situations car c’est souvent les basses températures d’hiver qui conditionnent la possibilité de cultiver un végétal en extérieur. Malheureusement, les zones de rusticité USDA ont leur inconvénient car elles ne prennent pas en compte d’autres facteurs fondamentaux de la survie des plantes : chaleur & sécheresse en été, pluviométrie & humidité en hiver, sol & conditions de culture.

Un des facteurs de la rusticité des plantes est l’humidité et par conséquence la teneur en matière sèche de la plante. Plus une plante sera cultivée en situation saine et sèche en hiver, plus elle résistera au gel. Applications : protection des plantes en pot de l’humidité excessive en hiver, apport d’éléments drainants (sable grossier, pouzzolane), paillage de fougères sèches ou de paille,voilage d’hivernage, protection en serre alpine, mise en stratification en hors-gel

Share