Les tulipes botaniques au jardin

Les tulipes botaniques sont d’une excellente pérennité et d’une bonne adaptation à des conditions de culture difficile ou plus naturelles : une rocaille sèche, une terre ingrate, une auge, un talus brûlés par le soleil. Les tulipes botaniques sont si différentes des tulipes horticoles (que nous aimons, aussi !, pour leurs somptueuses floraisons printanière) que l’on oublierait presque leur origine commune.

Commençons par une petite histoire … Il était une fois un sultan amoureux d’une fleur. Il s’appelait Soliman le Magnifique (1520-1566). Il régna sur une immensité allant des rivages de la Méditerranée aux contreforts de l’Himalaya et fit de la tulipe l’un des symboles de la culture ottomane.
Jalousement gardée, ce n’est qu’à la fin du XVIème siècle que la tulipe botanique arriva en Europe et que l’on assista à ses premières hybridations…

Tulipa sylvestris

Tulipa sylvestris

Louis XVI l’adopta. Les bourgeois hollandais se l’arrachèrent. La tulipe hybride devint une incontournable des jardins princiers et une véritable monnaie d’échange. La tulipomanie s’arrêta brutalement en 1637 avec la fin de la spéculation et la ruine de biens de passionnés ! La tulipe tomba peu à peu dans l’oubli. Délaissée, rejetée, elle doit sa renaissance à la persévérance des jardiniers hollandais qui créèrent la tulipe moderne que nous connaissons aujourd’hui.

Le monde continue invariablement de changer … Le caractère artificiel de notre société, l’attirance pour une authenticité font que la tulipe botanique fait son apparition dans nos jardins ! Elle méritait bien notre attention !

 

 

Un peu de botanique …

Plante bulbeuse de la famille des Liliacées, la tulipe botanique est originaire, pour une immense majorité, des prairies montagneuses d’Asie centrale (Turkmenistan, Tadjikistan, Kazakhstan) et d’Asie mineure (Iran, Afghanistan …).
Si la tulipe moderne comprend plus de deux milles cultivars disponibles ( ! ), le genre ne regroupe qu’une centaine d’espèces. En voici quelques unes : * Tulipa acuminata, espèce haute (40cm) aux pétales effilés et flamboyants, originaire des jardins de l’Empire Ottoman, un ancien cultivar qui a fait ses preuves.
* Tulipa aximensis
* Tulipa biflora, présente au Sud-Est de la Russie et de l’Iran, c’est une tulipe pluriflore blanche.
* Tulipa clusiana
* Tulipa didieri , provient de Savoie, Suisse,Italie. Fleur rouge.
* Tulipa humilis, originaire d’Asie mineure, c’est une tulipe naine de 10cm de hauteur aux fleurs solitaires et aux pétales pointus.
* Tulipa marjolleti
* Tulipa mauriana
* Tulipa montisandrei
* Tulipa platystigma
* Tulipa raddii
* Tulipa saxatilis, originaire de Crète, floraison tardive.
* Tulipa sylvestris , originaire d’Asie mineure, d’Iran et d’Europe, elle est la dernière tulipe a être qualifiée de commune en France .
* Tulipa tarda, provient d’Asie centrale et du Turkestan, variété naine fleurissant tardivement.
* Tulipa turkestanica, présente à 2000/2500m d’altitude en Asie Centrale, cette tulipe est pluriflore (de une à cinq fleurs par bulbe) et a une hauteur de 25 cm.

Tulipa sylvestris   Tulipa 'Persian Pearl';   Tulipa saxatilis

Mode de cutlure

La tulipe préfère un sol bien drainé, aéré et une exposition très ensoleillée. Sa période de floraison s’étale selon les espèces de février à mai. Sa plantation a lieu en automne avant l’arrivée des premiers grands froids. C’est la somme des basses températures qui permet sa levée de dormance. Les bulbes, plus petits que ceux des variétés horticoles sont à planter à +/- 5cm de profondeur avec un espacement de 10 à 15 cm. Pour toute plantation, ne recouvrir les bulbes que 1 à 2 fois leur hauteur. Si ils sont enterrés trop profondément, leur floraison est grandement compromise. La situation idéale est une culture en plein soleil, un sol léger et très bien drainé. Si votre sol est trop lourd, vous pouvez l’alléger avec du sable grossier. La division des touffes est indispensable au bout de quelques années. Trop serrés, les bulbes et bulbilles ont des difficultés à se nourrir et dépérissent. La plante se divise au cours du mois de juin. Déterrer la motte à la bêche et diviser manuellement en ne gardant que les bulbes sains. Conserver les bulbes récoltés à l’abris de la lumière dans un endroit sec et aéré dans l’attente de leur future plantation. Les bulbilles ne fleurissent pas toujours la première année de culture.

Comprendre le cycle de la plante pour mieux l’entretenir

La connaissance de leur origine botanique nous informe sur leurs exigences culturales : un hiver glacial,un printemps fugace, des étés secs et brûlants ! Les tulipes botaniques ne demandent que peu d’entretien.
Il consiste en une taille des parties aériennes. En taillant les parties encore vertes, nous puisons dans les réserves du bulbe et nous mettons en péril l’épanouissement de la plante pour l’année suivante.

Tulipa scabriscapa

Tulipa scabriscapa

La tulipe botanique reste en pleine terre toute l’année, elle est à considérer comme une plante vivace. De cycle court, sa dormance intervient juste après sa floraison et le dessèchement complet de son feuillage. Sa levée ne s’opère qu’après les premières gelées de l’hiver. Les gelées précoces (novembre) peuvent éveiller les bulbes plus tôt. La plante apparaît alors dès les mois de janvier -février. Ceci est sans conséquence sur la floraison du bulbe. Il n’est pas nécessaire de le couvrir. Lors de sa dormance estivale, le bulbe doit être maintenu au sec. Un excès d’humidité (arrosage automatique) provoquera inévitablement sa pourriture.

Les tulipes botaniques au jardin

Les variétés naines sont à utilisées en bordure de massif, dans une rocaille alpine, en pots, en jardinières en association avec des plantes succulentes (Sedum). Les variétés à longues tiges peuvent être plantées dans la pelouse, elles domineront ainsi les herbes hautes. Il faudra attendre leur complet jaunissement avant de réaliser la première tonte. Elles peuvent également être plantées en mixed-border ou dans un massif, entre les arbustes à feuillage caduque. Une naturalisation des bulbes est possible ! La naturalisation d’une plante consiste à la planter dans un endroit adapté à ses exigences, ensoleillement, nature du sol, utilisation et mode de culture pour favoriser son installation et son développement idéal. Une naturalisation réussie est synonyme d’un respect des exigences de la plante et d’un entretien soigné. Un sol léger et bien drainée, du soleil, un été au sec, un hiver au froid. En pot ou en pleine terre, la Tulipe botanique est décidément simple de culture et le résultat des plus sublimes …

Référence bibliographique : La Tulipe (Laurent Lieseer – ed SNHF), Botanica (Collectif – ed Fullmann)

Crédit Photographique : Wikimédia Commons

 

Articles rédigés par Philippe Le Goff

Share