Primula Gold Laced

Primula polyanthus 'Gold Laced'

Primevère à gallons, le charme d’une époque plus douce

Fleurs à pétales acajou festonnées d’un liseré or et à oeil central jaune. Regroupées sur des tiges solides, les grappes de fleurs sont suffisamment hautes pour former des bouquets

Un peu d’histoire

Au milieu du XVII  siècle, la primevère polyanthus portait de bien petites fleurs de différentes teintes de rouge qui se dressaient au sommet de pédoncules de 15 cm.

Un siècle plus tard, un rebord doré apparut sur les pétales. La première description du polyanthus Gold-Laced apparut dans le livre de Thomas Hoog à propos des fleurs pour fleuriste en 1823.

C’est sous l’ère victorienne qu’elle connut son heure de gloire. Appréciée des fleuristes et véritable bête à concours, sa fleur atteignît une telle perfection que la primevère à gallon était présentée encadrée sur un lit de drap noir !

A l’approche du XX siècle et le début de l’ère industrielle, elle tomba peu à peu en désuétude au bénéfice des variétés modernes (si flashy ! ) que nous connaissons aujourd’hui.

Fort heureusement, ses fleurs délicates et insolites ont de nouveau la faveur des jardiniers. La variété a pu être maintenue au catalogue grâce au travail de deux fleuristes nord-américains Mr H. V. Calvert et Mr  J.Ollerenshaw.

Planter le tout

Issu d’une hybridation naturelle entre Primula vulgaris (Primevère acaule présente en terrain acide) et Primula veris (le coucou commun aux lisières et sous bois calcaires), la primevère à gallon apprécie la fraicheur d’une bonne terre de jardin, légèrement acide, humifère et bien drainée. Plante de lisière à l’origine, nous la planterons en bordure de massif ombragée en compagnie d’autres plantes star de la mi-ombre ou en pot afin de profiter pleinement de sa floraison.

Division de la plante tous les deux à trois ans afin de maintenir une bonne vigueur.

Deux variétés figurent à notre catalogue  : Primula Gold Laced et sa forme double  Primula ‘Elizabeth Killelay’

 

Article rédigée par

Share