Archives de l’auteur : Philippe Le Goff

Le jardin en février, calendrier des travaux

Le dicton du mois : « fleur de février, ne va pas au pommier » Si les jours rallongent et que le jardin commence à s’éveiller, la prudence est de mise. Février reste officiellement le dernier mois de l’hiver. Selon les régions les températures restent très basses et les chutes de neiges fréquentes. Pas de précipitation ! Les premières plantations peuvent avoir lieu hors période de gel pour les plantes rustiques et les premiers semis au potager dès la deuxième quinzaine de février si le réchauffement du sol est effectif.

Continuer la lecture

Culture du Haricot

Présentation


Issu de la famille des Fabaceae, le genre Phaseolus comprend plus de 80 espèces plantes dont notre fameux haricot vert : Phaseolus vulgaris. Le haricot est une plante d’origine tropicale, cultivée depuis près de 8000 ans.

Introduit en France par les conquistadors, à la fin du XVIe siècle il est de nos jours cultivé en plein champs dans toutes les régions tempérées et chaudes du globe ou en cultures maraîchères dans les zones plus fraîches. Au potager familial, il est récolté en juillet et en août.

Continuer la lecture

Culture de la tomate

Présentation

Solanum lycopersicum, la tomate

Solanum lycopersicum – gravure de 1887

Issue de la vaste famille des Solanaceae, la tomate ( Solanum lycopersicum) est une plante originaire des régions andines côtières d’Amérique du Sud. Elle était déjà cultivée par les Aztèques, mais c’est seulement au XVIe siècle qu’elle arriva en Europe grâce aux Espagnols.

Tout d’abord boudée, car soupçonnée de toxicité, elle était utilisée comme plante ornementale jusqu’à la fin du XVIIIe siècle.

C’est seulement au XIXe siècle, qu’elle commença à être plus fréquemment consommée. Elle s’est bien rattrapée depuis, puisque sa culture représente près d’un tiers de la surface mondiale consacrées aux légumes.

On la cultive en plein champ dans les régions ayant un climat assez doux et sous abri partout ailleurs.

Continuer la lecture

Le pH du sol | Conseils en jardinage

Le degré d’acidité d’un sol (pH) est une des propriétés du sol la plus importante à connaître avec la texture du sol. La connaissance des deux permet de définir la fertilité d’un sol, l’un donne des indications sur les éléments nutritifs et les éventuelles toxicités, l’autre fournit des éléments précieux sur la structure du sol et ses propriétés physiques.

Continuer la lecture

Schéma de plantation – un chant à l’automne

Ce schéma de plantation s’adresse aux situations ensoleillées ou légèrement ombragées et à un massif de bonne terre de jardin suffisamment frais en été pour assurer une croissance optimale des graminées et une floraison remarquable des asters et des chrysanthèmes l’automne venu. La concurrence des racines avec les espèces ligneuses est à éviter.

Continuer la lecture

Le jardin en avril – Calendrier des travaux

C’est le moment de ….Dicton du mois : « Avril a trente jours. Si trente et un il avait, personne ne s’en plaindrait. »Le printemps arrive enfin ! Les hirondelles sont arrivées au village. J’aime leur vol vif et leurs courses maliceuses. Le printemps est là ! Profitons de sa douceur pour sortir au jardin et être à l’écoute de ses mille sons. Le vol de l’abeille, le chant de l’oiseau, le vrombissement du bourdon, le ZZZZzzzzzz de la mouche supersonique. Voilà une bien douce musique …Bon jardinage …. attentif !

Plantes vivaces & Graminées

1. Continuez à biner régulièrement les massifs nettoyés au cours du mois de mars. Supprimez les fleurs fanées des bulbes à floraison printanière tout en laissant jaunir leur feuillage.

Amendez les plates bandes avec un compost et procédez aux paillages : mulch, BRF, Fibralgo (le compost Algoforestier et le paillage Fibralgo sont disponibles à la pépinière).

Nos amis les gastéropodes reviennent en force …Protéger le feuillage des Delphinium et des Hostas de leur appétit tout naturel. Pour cela utilisez des pièges à bière, du Ferramol, des coquilles d’œufs concassées autour des plantes fragiles ou cendres de cheminée qui stopperont leur progression. Les anti-limaces toxiques pour l’environnement sont à proscrire définitivement du jardin, ceci afin de permettre le développement de la biodiversité et une auto gestion du jardin par les prédateurs naturels

2 – C’est la période idéale pour installer vos nouvelles plantes vivaces car elles auront le temps de s’implanter avant les premières chaleurs de l’été. Profitez-en pour remanier vos massifs en divisant les anciennes touffes qui se dégarnissent en leur centre : déplantez la touffe entière et divisez-la en portions égales en ne gardant que la périphérie beaucoup plus florifère. Bêchez le sol en profondeur à l’emplacement laisser libre et faites un apport de compost avant d’introduire de nouvelles plantes.

Vous trouverez l’inspiration dans notre catalogue qui comporte de nombreuses variétés originales.
Structurez votre décor à l’aide de graminées, légères et aériennes elles apportent mouvement et souplesse à vos compositions. Carex, Fétuques ces plantes ne nécessitent qu’un entretien restreint et formeront un écrin splendide autour de vos plantes à floraisons

Au potager

Si les gelées sont encore à craindre, avril est tout de même le mois charnier des travaux au potager.

C’est le moment de préparer les planches de culture en vue de futurs semis et plantations.Vous pouvez dès à présent mettre en place les choux fleurs en les espaçant de 50 cm, et transplanter les céleris rave et les céleris à cotes dans un sol très humifère.

Continuez à biner les  plantations de l’automne, paillez leurs pieds pour les protéger et conserver une bonne humidité. Éclaircissez les semis effectués au mois de mars.

Les semis sous châssis continuent et s’échelonnent pour assurer une production de longue durée.

Semis direct en pleine terre : Persil commun, Ciboulette, Pois, Epinard, Carotte nantaise, Betterave, Radis demi long, Roquette sauvage, Roquette cultivée, Patisson.

Semis en pépinière : Poireau, Oignon à semer, Laitue

Semis au chaud : Concombre, cornichon, tomate, melon, courgette pour des plantations courant mai

Consulter notre dossier sur les semis au potager, rappel de quelques conseils de base

Semis des fleurs annuelles rustiques

Nigelle, Bleuet, soucis, Eschsholzia, Echium, Lin, Lupin, Pavot : ces fleurs intemporelles de culture facile apportent couleur et diversité aux massifs et aux bordures d’allées sans porter de forte concurrence aux plantes vivaces en place. Généreuses en floraison et souvent mellifères, elles assurent un garde manger à la faune auxiliaire du jardin, du papillon aux chrysopes…

Pensez à créer un réservoir pour la biodiversité en gardant un coin de jardin en jachère où vous sèmerez un mélange spécial « prairies fleuries ». Nous vous proposons des mélanges adaptés au sol, à l’exposition, ou même par nuances de couleurs qui attireront à coup sûr les insectes pollinisateurs.

Rosiers

C’est le moment de biner les massifs de rosiers en place et d’y apporter un amendement organique (paillage de fumier de ferme, compost, fumier déshydraté) et de pailler leur pied avec un mulch (Lin, chanvre, Fibralgo, BRF). Une terre équilibrée, un emplacement bien aéré et ensoleillé, un sol léger et neutre voire acide, sont synonymes de rosiers en bonne santé.

Avec l’arrivée des beaux jours, chaleur et humidité vont faire réapparaître les maladies et parasites. La lutte biologique commencera par un traitement de fond à la bouillie bordelaise et au souffre micronisé contre le marsonia et l’oïdium. Les purins de plantes seront efficaces comme remèdes curatifs dès les premiers signes de maladie. L’extrait de prêle fonctionne bien sur la maladie des tâches noires et l’oïdium, alors que le purin d’ortie et la lutte biologique à l’aide de coccinelles aideront efficacement à lutter contre les pucerons.

Travaux diversAvril est le mois du paillage, qui permet à la fois de limiter l’évaporation de l’eau et d’empêcher la croissance des mauvaises herbes.

Installez les cloches sur les plantes ayant encore besoin de chaleur et de protection. Ouvrez vos châssis lors des journées fortement ensoleillées.

Préparez vos tuteurs en les trempant dans de l’eau javellisée pour les désinfecter.

Faire son purin d’ortie. Fortifiant naturel, le purin d’ortie a la propriété de renforcer les défenses des plantes contre les maladies et les attaques des ravageurs.

1 – Récoltez 500 gr de jeunes pousses d’ortie. Les broyer finement.
2 – Couvrez avec cinq litres d’eau de pluie et laissez macérer en brassant énergiquement et quotidiennement le mélange afin de l’oxygéner. Le purin est prêt quand il n’y a plus de bulles qui remontent à la surface.

3 – Filtrez le purin d’ortie à l’aide d’un filtre à tamis ou d’un linge et stockez-le dans un récipient hermétique à l’abri de la lumière et de la chaleur. Il se conservera toute une année. Utilisation en arrosage ou en pulvérisation avec une dilution de 10 %.